Concerto pour Dellin

Par Angersoft

Résumé

Alors qu'une guerre civile menace Dellin et Acheron sur Charon III, opposées par un conflit politique, l'équipage du Rosinante embarque pour une mystérieuse mission dans la ceinture de Gedinasho...

Je leur avais dit que ça n’était pas une bonne idée…

Lorsque le capitaine était venu me voir dans les quartiers, je ne pensais pas qu’il s’agirait d’une mission aussi dangereuse. Nous n’étions après tout qu’un petit équipage avec aucune formation militaire. Qu’est-ce qu’on irait foutre dans une ceinture d’astéroïdes alors que la guerre guettait nos rues…

Apparemment, l’ordre émanait directement de Klast et notre action pouvait donner l’avantage à Dellin. Mais merde, on n’avait même pas droit à quelques détails sur ce qu’on partait chercher…

L’équipe fut donc au complet à 7h30 à la plateforme numéro 24, Lanvin toujours la même gueule d’enfariné. Sans un mot, on suivit tous le capitaine à bord du Rosinante, en sachant bien que les questions n’étaient clairement pas de mise.

Une fois tous en place, on entendit peu après la voix du capitaine :

« Bonjour à tous, et désolé pour tout ce mystère. Sachez simplement que nous agissons pour le bien de Dellin sous les ordres directs du gouverneur Klast. Une fois à notre point d’arrivée dans la ceinture de Gedinasho, j’aborderai notre cible avec Lanvin et Bolizer pour récupérer l’objectif. Comme à l’habitude, je compte sur votre implication et votre discrétion… »

Et merde, pourquoi moi ? Il aurait pu prendre Smith ou le nouveau, mais c’est moi qui allais devoir me coltiner les merdes avec ce foutu somnambule… Pas le choix de toute façon, ces temps-ci il valait mieux faire profil bas…

Sans plus de procédures, les lourds propulseurs du Starfarer se mirent à gronder, imposant un silence inconfortable dans une situation qui l’était tout autant. Pas seulement pour moi, mais bien pour l’équipage tout entier, incluant le capitaine lui-même. On n’eut même pas droit à l’habituelle blague foireuse de Travis. Faut croire que même dans le cockpit ils se faisaient dessus…

Je rejoignis rapidement les quartiers d’équipage pour me poser un peu et garder un oeil sur les nouvelles au sol. Tout pouvait tellement changer en une minute là-dessous. Une parole de travers, une action de trop et c’était la guerre. Pourtant personne ne la voulait, c’était ça le plus con au fond…

On se trouva très vite hors de portée des relais de communication. Charon III était là, derrière nous, et pourtant je ne pouvais pas m’empêcher de percevoir ce mur invisible qui nous séparait maintenant de la once de sécurité qu’on avait encore dans Dellin.

Cependant, pas question de céder à la panique. Garder la tête froide, c’est tout ce qui importait désormais. On ne pouvait pourtant pas ignorer la menace pirate qui pesait au-dessus des itinéraires lointains telle une épée de Damoclès. Ces derniers temps, les raids s’étaient intensifiés et nombre de vaisseaux s’était fait rafler leur cargaison.

« A tout l’équipage : nous sommes actuellement à mi-chemin de l’objectif, vous avez encore un peu plus d’une demi-heure avant le début de l’opération d’extraction. »

C’était la voix de Travis qui s’infiltra dans le calme du vaisseau. Il était clairement amputé de toute assurance, et sa voix tremblait légèrement. Le capitaine devait certainement être au poste de pilotage, exerçant une pression continue pour les maintenir sur le qui-vive.

Dans une demi-heure. Dans une demi-heure : quoi ? Ni les autres, ni moi ne le savions. Seul le capitaine avait les informations concernant notre objectif, et cette zone d’ombre nous pesait clairement tous dessus, surtout dans le contexte actuel. Et pourtant, le temps avançait rapidement et malgré une presqu’envie d’allonger les minutes, mon esprit n’avait aucune prise… C’était pour bientôt.

Ce temps qui restait, je le passai à réfléchir à ce qu’on aurait à trouver ou à récupérer dans Gedinasho. Une personnalité importante ? Une technologie particulière que nos dispositifs auraient capté ? Rien à faire, j’avais du mal à imaginer ce qui pouvait demander un tel secret…

Un léger crépitement se fit entendre dans les haut-parleurs. Nous arrivions…

« Attention. A tout l’équipage : nous sommes entrés dans la ceinture de Gedinasho. Je répète : nous sommes entrés dans la ceinture de Gedinasho », résonna la voix du capitaine.

Mon coeur commençait à prendre un rythme plus rapide. L’échéance arrivait à pas de géant, et je ne pouvais pas y faire grand chose. Et ce n’était certainement pas un acte d’insubordination qui me sortirait de là…

« L’équipe de pilotage mise à part, que tout le monde se réunisse sans délai en cale de stockage avant le démarrage des opérations. Lanvin, Bolizer, allez enfiler vos combinaisons. », continua-t-il.

Me levant brusquement de ma couchette, je pris à pas rapides et déterminés le chemin vers les niveaux inférieurs afin de rejoindre la salle de transition, et de m’équiper avant le briefing. Je sentais au passage les regards graves des autres sur mon dos, sorte de compassion silencieuse et à demi-retenue.

En passant par la cale, je vis que Lanvin était déjà là et en tenue. J’accélérai alors mon allure, comme si cet empressement pouvait me garder de trop réfléchir à ce qui nous attendait.

Une fois la combinaison ajustée et le casque sur la tête, je me hâtai le long du couloir pour rejoindre l’équipage sans perdre plus de temps. Tout le monde était là.

« J’apprécie votre rigueur à tous, car il faut que je vous apprenne qu’à notre départ, des transmissions indiquaient qu’une petite flotte pirate a été repérée dans cette partie de la ceinture, entama Stokes.

– Quoi…, lâchai-je subitement, avant d’être coupé par l’engagement du capitaine.

– Je ne vous en ai pas parlé durant le trajet sachant bien l’inquiétude que cela provoquerait, mais je vous le dois bien.

Ca y est, les emmerdes arrivaient, ou plutôt elles étaient déjà là à nous attendre patiemment.

– Capitaine, c’est pas une bonne idée de maintenir cette mission avec des pirates dans les parages ! Ca va être non seulement un échec, mais en plus de ça on sera capturés ou même tués !”, glissai-je entre deux respirations.

– Quoiqu’il puisse advenir, cette mission est primordiale, et nous devons y aller. Bolizer, Lanvin, suivez-moi. Nous sortons par l’écoutille inférieure, alors ne me lâchez pas d’une semelle. Les autres, couvrez toutes les entrées, et dès que nous revenons, préparez-vous à ouvrir la porte principale. », amorça-t-il avant d’entrer dans le couloir.

Les autres n’avaient même pas eu la force d’argumenter, et nous étions tous tirés par le rythme effréné imposé par Stokes. Autant c’était quelqu’un de droit et investi, autant nous ne l’avions jamais vu aussi focalisé sur un objectif qu’aujourd’hui.

Au bout du couloir, l’écoutille était déjà ouverte et le casque du capitaine disparaissait dans le vide spatiale. Sans une seconde pour réfléchir, j’emboîtai le pas à Lanvin pour sortir en premier et ne pas perdre Stokes des yeux.

La vue était démesurée et Charon illuminait les astéroïdes tout autour de nous. Ce n’était pas la première fois que je mettais les pieds dehors mais bordel, ça faisait toujours autant d’effet de se retrouver sans repères – petits êtres que nous étions – au milieu du vide.

Je fus très rapidement fixé quant à la direction à prendre lorsque j’aperçus sur ma droite et à l’envers une immense carcasse de vaisseau visiblement très entamée. Sa longueur dépassait largement tous les bâtiments que j’avais pu observer du haut de mes 36 bougies… Qu’est-ce que c’était que ce géant de métal, et que lui était-il arrivé ?

Pas le temps pour chercher des réponses, la silhouette du capitaine s’enfonçait déjà à travers la ferraille. Il savait clairement où aller, tout en comptant sur notre assiduité à lui coller les basques.

Mais alors que notre attention était accrochée à Stokes, elle fut arrachée en une fraction de seconde par un puissant bruit sourd et déchirant, suivi par de courtes notes plus aigues. Mes oreilles se bouchèrent et une lumière presque aveuglante baigna la zone d’une teinte flamboyante.

Me retournant pour prendre connaissance de la situation, c’est la terreur qui m’envahit d’une froideur immédiate. Mes yeux s’écarquillèrent de stupeur tandis que mon rythme cardiaque avait déjà outrepassé ses capacités. Mon souffle était coupé à la vue du Rosinante qui se désarticulait complètement, envoyant des débris dans toutes les directions. Des composants massifs passaient furtivement de chaque côté de mon corps, dans la même scène qu’une cohorte de quatre F7C qui virevoltaient de part et d’autre.

Les corps de mes coéquipiers étaient déjà éparpillés parmi cet amas de métal animé par la valse macabre des vaisseaux de guerre. Mais avant que j’eus pu en apprécier toute la triste saveur, les cavaliers disparurent les uns après les autres derrière les innombrables pierres qui nous seraient tombales. Que me restait-il, hormis l’angoissant silence d’une mort longue et pénible ?

Je leur avais pourtant dit que ça n’était pas une bonne idée…

Retour aux Fan-Arts